Parution : Mai 2013
Collection: MNIMES
Français
Traduit du grec par Angela Mikallou-Jourdan et Constantia Yiakoumetti
ISBN : 978-2-915936-23-0
Format : 14x21 cm, 100 pages 
Couverture souple avec rabat
15 photographies en quadrichromie

Participation aux frais d'envoi / Συμμετοχή στα ταχυδρομικά έξοδα / Participation shipping : 3€ 

Envoi partout dans le monde / Αποστολή σε όλο τον κόσμο / Sending around the world

Prix : 17,50 €

retour

Ma rue à Famagouste
ville fantôme de Chypre

Par Claire Angelides

Préface par Anna Olvia Jacovides Andrieu

La rue de la ville fantôme

Je suis un numéro parmi les deux cents mille réfugiés qui ont été déportés de leurs foyers en 1974. Je porte en moi la nostalgie de ma ville bien aimée, Famagouste, la ville aux fleurs de citronniers, la dame embrassée par les vagues que je chante car elle était belle avec ses orangeraies et ses plages de sable doré, la plus belle au monde. Elle ressemblait à un petit coquillage jeté au sein du golfe de Famagouste.

Une ville baignée par la lumière, pleine de lys de sable, de pêcheurs et de ports de pêche remplis de bateaux. Mais par-dessus tout une ville dotée d’un mouvement culturel intense avec des associations, des activités artistiques variées dans le domaine de la musique, de l’art, de la littérature.

Un grand nombre de poètes et peintres originaires  de Famagouste ont chanté et peint ses attraits. Elle était vraiment le joyau de Chypre. Le diamant de la Méditerranée, la dame aux fleurs des citronniers.

À présent elle est une ville fantôme. Inhabitée depuis 1974. Tout est asséché, les arbres, les fleurs. La ville est morte. Mais nous, nous la chantons et nous attendons le jour du retour qui viendra. Nous l’attendons car la ville nous appartient.

Claire Angelides a écrit douze recueils poétiques dont le thème principal est la réflexion sur le sort amer de l’île de Chypre. Elle est née à Famagouste et a fait ses études à l’École Philosophique de l’Université d’Athènes. Elle a travaillé comme enseignante puis proviseure dans l’Éducation du second degré. Elle a participé activement à la lutte contre l’occupation anglaise de 1955 - 1959 et a été membre  actif de la vie sociale et intellectuelle de sa ville. En mai 1991 elle a été élue députée du parti Dimokratikos Synaguermos (DISY) et, de 1993 à 1997, elle a été ministre de l’Éducation et de la Culture pendant la présidence de Glavkos Klirides.

 

Feuilleter le livre